FORUM DU DOZO PHILOSOPHIQUE
PENSÉE DE LA SEMAINE

« L'homme courageux surmonte la peur en la provoquant chez les autres. »


Julien Freund,Qu'est-ce que la politique
FORUM DU DOZO PHILOSOPHIQUE

Forum ivoirien dédié aux sujets de philosophie

Le dynamisme interne de ce forum nécessite que vous y postiez des messages. Ne manquez pas de le faire au quotidien. Merci !

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La tolérance chez Locke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 La tolérance chez Locke le Mer 23 Sep - 14:32

ledozo

avatar
Admin
Comment appréhender le concept de tolérance dans la philosophie de John Locke?

Si la tolérance peut s'appréhender comme l'acceptation des différences d'autrui, il serait alors judicieux de voir comment Locke l'appréhende.
Pour notre part nous disons que la tolérance prôné par locke s'oriente en direction du domaine religieux. Pour lui nul n'a le droit d'empêcher son semblable de s'adonner et de pratiquer la religion de son choix.

Bon juste pour ouvrir les débats, donc à vous les honneurs de penser le penser de locke.


_________________
Seule la doze paie !
http://philobacivoire.000webhostapp.com

2 La Tolerance selon John Locke. le Lun 26 Oct - 11:02

Abdel Sarkozy

avatar
Au sens lockien du terme, la tolérance s'entend comme:
<< Cessez de combattre ce qu'on ne peut vaincre. >>. Bien vrai que dans sa Lettre sur la tolérance, et L'essai sur la tolérance, Locke prône une tolérance orientée en direction de la religion et du religieux, elle (la tolérance) a pour enjeu véritable, l'idée de la laïcité dans la "polis", dans la Cite, dans le but d'un vivre-ensemble politique.
Les grandes lignes de cette idée de laïcité sont:

  • la séparation du temporel et du spirituel, prôné déjà par Nicholos Pietro Machiavelli (1469-1527), in Le Prince;

  • l'exaltation d'un faillibilisme cognitif et moral;

  • la liberté de conscience;

  • la mise en avant des droits imprescriptibles des individus;

  • l'éthique de la discussion.

Enfin terminons avec Locke pour dire: <<Il n'y a donc personne que l'on doive priver de ses biens temporels a cause de la religion. >> in, Lettre sur la tolérance, coll."Les classiques des sciences sociales", trad. Jean Le Clerc (1710), p.22.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum